L'oiseau ici & ailleurs

13 octobre 2020

étangs de la Brenne -octobre 2020 - les Essarts (2)

Suite des observations sur l'étang des Essarts.

Tout d'abord, un nombre important de cormorans est présent sur les Essarts.

grand cormoran au repos

grand cormoran nageant

Tous ont revêtu leur plumage internuptial (non nicheur). Les trois individus sur les photos sont des adultes. Si, de loin, ils peuvent paraître presque noirs, on peut admirer ici leur plumage tout en nuances de marrons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

grand cormoran en volcolvert en vol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 fuligule milouinan juvénilemouette rieuse adulte en volmouette rieuse adulte en volmouette rieuse juvénile

Les canards colverts étaient nombreux sur l'étang. Bruyants et, parfois, remuants, en voici un qui vient de décoller.

Sur la gauche de l'affut, je repère un canard plongeur. Leur seul présent apparemment sur l'étang. Par curiosité je le prends en photo. Avec sa tache blanche au niveau du bec, on pourrait le prendre pour un juvénile de Fuligule milouinan mais ceux-ci sont très rares en Brenne.  Fuligule, il l'est à coup sûr. mais plus sûrement un juvénile de milouin (ou de morillon, une vague ébauche de huppe?) avec une tache blanche développée... Donc, mystère quant à son identité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des Laridés sont présents,mais en nombre plus restreint. Ce sont des mouettes rieuses. En photo, deux adultes en plumage internuptial mais aussi un juvénile (mais l'image n'est pas très nette).

Enfin, un goéland - sans doute un goéland argenté - est passé devant nous. Là encore l'image est loin d'être parfaite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

géland argentévanneaux huppés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vanneaux huppés

 

Les vanneaux huppés s'envolent très régulièrement, sans vraiment de cause apparente. Ils tournoient un moment au-dessus de l'étang puis se reposent au même endroit...

Avec eux, on observe d'autres oiseaux. Souvent, ce sont des bécasseaux ou des chevaliers, mais, dans le cas présent, ce ne sont "que" des étourneaux.

 

 

 

Sur la dernière photo, non je n'ai pas tenu mon appareil penché! Ce sont les vanneaux qui commencent à piquer pour revenir se psoer!


12 octobre 2020

étangs de la Brenne -octobre 2020 - les Essarts

L'étang des Essarts fait partie de la réserve de Chérine. Ce jour-là, c'était le plus intéressant tant par la quantité que par la diversité des oiseaux. Dès notre arrivée ce qui était le plus visible c'était la quantité de "hérons blancs": des spatules (32 précisément), des grandes aigrettes en nombre, des garzettes aussi. Mais les hérons cendrés étaient eux-aussi en force, disséminés sur tout le pourtour. Et puis un bon nombre de grands cormorans, des canards (colverts en majorité) et des vanneaux huppés. Sans oublier le martin-pêcheur - voir article précédent-.

Tout ce petit monde était posé à une distance trop grande pour espérer faire des photos individuelles. Aussi, nous avons mis à profit l'agitation qui par moment les faisait s'envoler. Et, ainsi, parfois, les amenait à se rapprocher...

spatules très calmes au milieu des canards

ou en compagnie des cormorans

enfin, ça s'animeet c'est parti!

IMG_1897IMG_1899

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres oiseaux en vol:

- les grandes aigrettes

IMG_1736L'aigrette a la grâce d'une ballerine lors de son atterrissage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1750

IMG_1830

IMG_1833Enfin... pour celle-ci c'est un peu moins vrai...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo sans couleur pour se contenter de son aspect graphique.

 

 

 

 

 

 

 

On lit la panique dans son regard... un héron cendré la poursuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-le héron cendré

héron cendré

héron cendré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La suite des photos dans le prochain article!

Posté par victor-henrique à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 octobre 2020

étangs de la Brenne -octobre 2020 - le Martin-Pêcheur

La vision que nous avons habituellement du martin-pêcheur se limite à un mini-missile bleu, volant à vive allure en ligne droite, à faible hauteur au-dessus de l'eau et poussant des cris aigus caractéristiques. Parfois, on a la chance de le voir se poser sur un support quelconque, toujours surplombant l'eau. Mais toujours trop loin...

On en parlait avec mon fils durant le trajet qui nous menait en Brenne, le matin. Il y a bien longtemps que nous n'en avons pas observé de près...

Etang Ricot, peu après midi. En arrivant dans l'affut, immédiatement, la présence d'un martin-pêcheur sur le piquet planté devant est pour nous un miracle! Le couple si souvent observé, quelquefois photographié -voir septembre - a décidé de venir faire ses courses devant l'affut. L'un des deux se tient sur le piquet tandis que l'autre est un peu plus loin dans les herbes. Ils sont restés là, à tenter d'attraper des poissons (1 seule réussité trop vite engloutie pour une photo) pendant un petit quart d'heure. Quelle chance!

IMG_1859Revenant sur son piquet dans des positions différentes, le martin-pêcheur nous a permis d'admirer l'étendue de sa palette de couleur. Un arc-en-ciel à lui tout seul.

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1860

IMG_1864

IMG_1875

IMG_1877

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1865

 

C'est celui-ci qui a réussi une pêche fructueuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus tard, retour sur Les Essarts, l'étang le plus intéressant ce jour-là (voir articles suivants). Le couple de martin-pêcheurs passent et repassent devant notre abri. Tout à coup, l'un des deux se pose sur un piquet à peu de distance. Juste le temps de le voir, d'en faire une unique photo et il est déjà reparti. Néanmoins, on croirait qu'ils ont entendu nos lamentations du matin: ne pas en voir de près pendant des années et deux fois coup sur coup. Incroyable!

IMG_1923

18 septembre 2020

étangs de la Brenne -septembre 2020 (3)

14h30, étang des cistudes - réserve de Chérine -. A cette heure tout est endormi.

grands cormorans

Quelques cormorans se reposent au loin sur un arbre à moitié immergé.

martin pécheur

 

 

 

 

 

 

 

 

Un couple de martins-pêcheurs va et vient mais, hélas, sans jamais se rapprocher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis... un héron cendré arrive, passe devant notre affut, disparait derrière un buisson et fait demi-tour...

Le reste en images.

l'atterrissage est iminent

atterrissage réussi!

le héron s'ébroue

marche un court moment vers la gauche

et pénètre dans l'eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fait demi-tour

se dirige vers nous

s'approchant toujours plus

vraiment très près

le cou et la tête frappent soudain la surface de l'eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un poisson est attrapé

et aussitôt avalé

Il reste sur cette place quelques instants

puis s'éloigne par la droite

09 septembre 2020

étangs de la Brenne -septembre 2020 - (2)

Après notre promenade matinale passée à explorer les chemins, direction l'étang du Blizon. Beaucoup d'oiseaux sur le plan d'eau. A la longue-vue, on observe quantité de canards, cygnes, hérons en tous genres, mais aussi quelques vanneaux huppés et un ou deux chevaliers (trop loin pour être identifiés).

 

balbuzard pêcheur

balbuzard pêcheur

balbuzard pêcheurvanneau huppé

 

Depuis le chemin qui le borde, on aperçoit bientôt deux grands rapaces, aux ailes très longues et fines: deux balbuzards en migration.

Ils ne sont pas bien loin mais , profitant d'une ascendance pour s'élever, ils sont trop haut à notre goût. Nous aurions apprécié de faire des photos plus rapprochées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après approche au milieu des roseaux, on parvient à photographier un vanneau, hélas en contre-jour!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lièvre

Tout à coup, un lièvre détale pratiquement à nos pieds.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur un autre petit étang, de jeunes guifettes moustac sont encore nourries par leurs parents, quoiqu'elles volent parfaitement.

Petite séquence photo d'un ravitaillement.

les jeunes guifettes attendent tranquillement

l'un des parents revient avec une proie (une grenouille)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1505IMG_1506

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arrivée ratée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

enfin à manger!

IMG_1512

travail terminé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

grêbe huppé juvénile

Pendant ce temps, les jeunes grêbes huppés sont bien obligés de se débrouiller seuls pour manger...

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1494

Tout cela laisse nos canards bien indifférents! Ici un fuligule milouin en plumage d'éclipse. D'autres individus avaient le capuchon qui commençait à devenir roux.

 


08 septembre 2020

étangs de la Brenne -septembre 2020 - (1)

Pour une fois, nous avions décidé d'explorer quelques chemins autour des étangs Massé-Foucault. Le chemin emprunté longe d'un côté l'étang (à sec) et des prairies et, de l'autre, une roselière importante. Pas toujours facile d'approcher et/ou d'approcher les passereaux.

Traquet motteux

traquet motteux-3pouillot véloce

En terrain découvert, c'est l'approche qui est délicate. Néammoins, ce traquet motteux a bien daigné nous laisser approcher suffisamment pour pouvoir faire des photos. Ce spécimen est particulièrement coloré. on croirait qu'il provient de la popualtion Groenlandaise. Il est si beau dans son habit de feu que je ne peux résister à vous en montrer deux photos.

 

 

 

 

 

 

 

mésange bleue

mésange à longue-queuetarier pâtre

Dans les fourrés touffus ou la roselère - parfois les deux sont mélés -, il est difficile de réellement voir les petits passereaux, cachés et toujours en mouvement. Beaucoup ont échappé à l'objectif ou donner des photos "pas très bonnes"(!).

 

 

Nous avons tiré le portrait de pouillots (fort foncés eux-aussi). Des pouillots véloces ?

 

 

 

 

 

 

 

Mais aussi de deux mésanges: une mésange bleue et une à longue-queue qui faisait partie d'un groupe multi-spécifique.

 

 

 

 

 

 

 

D'un magnifique tarier pâtre, ...

Et de trois espèces d'hirondelles (au même endroit et au même moment).

 

hirondelle de fenêtreLes photos ne sont pas "terribles" mais ces oiseaux sont difficiles à photographier. Comme leur vol est rapide et extrèmement changeant, elles doivent être à une certaine distance pour espérer le suivre. Mais comme ce sont de tout petits passereaux, ils sont tout petits aussi sur la photo... Cells-ci sont recadrées.

hirondelle de rivage

hirondelle rustique

 

24 août 2020

L'étang des landes (2)

A part des hérons, nous avons bien évidemment vu d'autres oiseaux!

un canard...

Des canards en nombre. Je dirai... sans doute des colverts, bien que je n'ai pu observer leur miroir. Par contre, sur le site de la réserve, il est mentionné que de nombreux fuligules morillons ainsi que des sarcelles s'y trouvent en quantité non négligeable. Eh bien, pas un seul n'a été observé (ou pas reconnu??).

Avec les canards,, des foulques, toujours assez loin du rivage;

 

 

 

 

un cygne juvénile

des cygnes en assez grand nombre, accompagnés de nombreux juvéniles de la taille des parents mais encore brun fauve (c'est comme ça que je les vois...)

 

 

 

 

 

 

 

 

une poule d'eau devant deux canards

mouette rieuse

quelques grêbes huppés;

et des poules d'eau (des juvéniles je crois).

Tout ce petit monde se trouvant beaucoup trop loin du rivage poour espérer faire une image intéressante...

 

 

 

 

 

 

grêbe castagneux adulte

grêbe castagneux adultedes mouettes rieuses, déjà en plumage internuptial (adulte ici car pattes et bec sont rouges).

grêbe castagneux juvénile

grêbe castagneux juvénile

grêbe castagneux juvénile

 

 

 

 

 

Heureusement, on a eu plus de chance en tout début de matinée (comme souvent). Toujours au niveau de l'affut des trois bouleaux (décidément le plus intéressant ce jour-là), des grêbes castagneux adultes et juvéniles se cantonnaient très près de la rive, entre la terre ferme et les îlots de végétation.

On a pu alors faire des photos sympas!!!

 

grêbe castagneux juvénile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

buse variable

buse variable

buse variable

Côté terre, entre chaque affut au bord de l'étang, la campagne nous a offert d'admirer quelques buses variables [ nous sommes en Limousin tout de même!!! ].

Celle photographiée ci-contre doit être une jeune de l'année car elle possède un plumage très clair.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gobe-mouche gris

Gobe-mouche gris

Un autre oiseau, beaucoup plus petit, était omniprésent. Certains alignement d'arbres, au bord des prairies, en était littéralement garnis. Je n'avais jamais autant vu et entendu de gobe-mouche gris.

En voici quelques-uns. on reconnait la posture si particulière des gobe-mouches, presque à la verticale.

Posté par victor-henrique à 16:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2020

L'étang des landes

IMG_1119

IMG_1121

IMG_1122

L'étang des Landes, comme son nom l'indique, se trouve en... Creuse. Plus grand étang du Limousin, c'est aussi un des rares étangs d'origine naturelle. Situé dans le bassin de Gouzon - une "anomalie dans le Limousin de plateaux -, il accueille une grande diversité d'animaux (près de 1000 espèces connues, et de plantes) en relation avec la grande diversité de milieux.

L'étang des Landes est, à coup sûr, un des hauts lieux de la vie sauvage en Limousin.

D'une superficie de 102 hectares (la réserve en fait 165), il a été classé réserve national en 2004.

 

 

 

 

 

 

La seconde quinzaine d'août n'est pas la plus propice aux observations car les élevages des jeunes sont terminés, la migration d'automne est encore très discrète et certains espèces sont déjà parties. Petit tour des observations.

bihoreau dans les prés avec vaches ou moutons

hérons garde-boeufs plus une aigrette garzette

héron garde-boeuf

héron garde-boeufhéron garde-boeuf

Côté hérons, ce sont les garde-boeufs qui sont, et de très loin, les plus nombreux. Dès notre arrivée vers 8 heures, on a croisé régulièrement des vols d'oiseaux qui partaient pour les pâturages. Et sur l'étang lui-même, ils étaient encore nombreux.

Manifestement, il y en a plusieurs centaines dans le secteur.

 

 

 

En début d'après-midi, alors que nous faisions un second tour de l'étang, nous fîmes un arrêt à l'affut " des trois bouleaux" (morts devrait-on préciser). Les osieaux du matin s'étaient éloignés du rivage (comme souvent) et nous attendions au niveau de trois piquets plantés à quelques distances. On se disait que, peut-être, un oiseau, une mouette par exemple, aurait la bonne idée de venir s'y percher.

Au bout de 5 minutes à peine, heureuse surprise, un magnifique héron garde-boeuf adulte, en plumage nuptial, s'y est posé. Il est resté quelques minutes permettant de faire une série de photos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arrivée de l'aigrette garzette

aigrette garzette

aigrette garzette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus miraculeux encore, quelques secondes après l'arrivée du garde-boeuf, c'était au tour d'une aigrette garzette de se poser sur un autre piquet.

Bien présentes elles aussi, les aigrettes sont néanmoins moins nombreuses que les garde-boeufs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

héron bihoreau juvénile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons aussi observé deux jeunes hérons bihoreaux, mais pas d'adultes. Il faut dire qu'une grande partie de l'étang n'est pas accessible - et c'est heureux, la réserve est faite d'abord pour les animaux, pas pour les ornithos -. Aussi, de nombreux postes nous échappent.

Nous avons vu aussi deux grandes aigrettes en vol et une autre posée au milieu des autres hérons au niveau de la héronnière (garde-boeufs et aigrettes).

Mais, par contre, étonnamment, pas un seul héron cendré à se mettre sous la dent (je suppose que les pourprés sont déjà repartis...). Même pas un seul vu en vol ou  posé???

 

09 août 2020

Sortie aux marais d'Orx (3)

On a beau être une réserve, on n'en est pas moins vulnérable... Peut-être même plus.

La réserve des marais d'Orx ne déroge pas à la règle. Parmi les menaces qui pèsent sur elles, les invasives exotiques sont les plus visibles.

un héron pourpré devant un mur de jussies

la ceinture de jussies du marais barrage

Côté plantes, on ne peut être que frappé par la place prise par les Jussies. Et encore, le canal a été nettoyé! Le marais barrage est ceinturé par cette plante. Quant au marais Burret, on a des difficultés à voir l'eau libre depuis ses berges. Difficile d'y voir un oiseau autre qu'en vol.

Ceci dit, les Jussies ne présentent pas que des défauts et les oiseaux, les canards notamment, ont l'air d'apprécier l'écran qu'elles leur procure. Mais elles n'en demeurent pas moins un sacré adversaire pour la flore autochtone et la faune qui va avec.

La réserve lutte par arrachage. Mais c'est un éternel recommencement.

D'autres plantes exotiques sont présentes sur la réserve, mais aucune autre n'a le caractère invasif de la jussie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ragondin (jeune et effronté)

le même!

ragondin adultetortues de Floride

Côté faune, le premier "envahisseur" est un classique tant il est répandu. Mais il est vrai que dans la réserve leur nombre est important. La ragondin parce que c'est de lui dont il s'agit, est visible partout, tout le temps. Et pas peureux.

Un jeune de l'année, au bord du marais Burret, est sorti de la végétation et s'est "mis à table" à moins d'un mètre de nous. Il n'avait que faire d'être pris en photos ou de nous entendre parler.Ce n'est que lorsque nous avons voulu passer - il était sur le chemin - qu'il a réagi, mais sans trop d'inquiétude. On aurait presque pu l'attraper à la main...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A d'autres endroits des adultes vaquaient à leurs occupations presuqe aussi près de nous. Mais dans l'eau.

Cet adulte, pris en photo depuis une passerelle, était en compagnie de trois compères, le plus éloigné étant à moins de 5 mètres.

La réserve les régule (?) par le tir.

 

 

 

poisson-chat ou carpe?

écrevisse de Louisiane

 

Autre envahisseur, plus discret mais bien présent: la tortue de Floride. Le site de la réserve écrit que, sans doute, elle se reproduit sur le site.

Je confirme! ... Enfin presque. Car les deux individus photographiés sur le canal exécutaient ce qui correspondrait diablement à une "parade"! Nez contre nez, ils plongeaient puis ressortaient plus loin, mais toujours dans la même position. Et le manège a duré au moins tout le temps que nous sommes restés.

Cette tortue, qui peut devenir grosse, est un prédateur vorace. Et peut être un concurrent pour notre tortue locale.

 

 

 

 

Le poisson-chat est présent sur le site. C'est un prédateur redoutable pour les autres animaux et en particulier l'avifaune (canards, poules d'eau, ...) dont il mange les jeunes.

Les plus grosses carpes en sont capables, elles-aussi.

Le poisson sur la photo est-il un poisson-chat, une carpe. (?)... Il est là pour illustrer... C'est le seul que nous ayons vu!

 

 

 

 

 

 

 

 

L'écrevisse de Louisiane présente dans les marais est en régression mais elle se voit facilement sur les berges du marais Burret. Nous en avons vu plusieurs en peu de temps (le matin). Elles étaient de belles tailles...

04 août 2020

Sortie aux marais d'Orx (2)

2°/ le marais Barrage

Nous nous garons sur le parking de la Maison du marais et nous engageons sur le sentier qui longe le marais Barrage (par le Sud).

héron cendré en contre-jour au petit matin

marais d'Orx - marais barrage

Nous allons donc "explorer" le marais barrage ainsi que le canal qui le longe. Le marais est à contre-jour et nous offre des images intéressantes.

Les marais sont bien en eau à cette époque pour assurer la reproduction des animaux qui y vivent. Les marais sont ... des lacs.

poule d'eau et ses deux poussins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

poussin de poule d'eau

Dès la première petite mare, une poule d'eau nous accueille avec ses deux (tout) petits poussins. Minuscules, encore couvert d'un épais duvet noir, et munis d'un bec rouge, ils suivent leur mère.

La lumière n'est pas très bonne, un peu en contre-jour. Donc forte. Difficile de voir ce qui se passe tant les contrastes sont forts.

poule d'eau nourrissant un poussin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La femelle s'approche d'un petit et le nourrit. Bien que faire cette photo ne soit pas réussie, je vous la soumets pour la beauté de la situation.

 

 

 

 

 

 

 

 

poule d'eau

poule d'eau et un jeune

poule d'eau

Nous n'en avons pas fini avec les poules d'eau. Il y a bien longtemps que je n'en ai autant vu. Régulièrement, sur la rive opposée du canal de ceinture, des poules d'eau apparaissent. Certaines accompagnées de petits, mais beaucoup plus âgés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

poule d'eau sur son nid

De l'autre côté, sur l'étang Barrage, dans une petite étendue de nénuphars, à l'ombre de grands arbres, un étrange objet attire mon attention. C'est un tronc d'arbre à demi émergé qui semble recouvert d'herbes. A peine ai-je fait cette observation que les nénuphars proches se mettent à bouger. Une poule d'eau apparait, une herbe au bec. Elle grimpe sur ce qui est son nid et arrange le brin rapporté. Juste le temps de faire une photo, le "clic" de l'appareil l'alerte et elle s'envole quelques mètres plus loin.

Il est étonnant de voir des poules d'eau à des stades très différents de leur reproduction.

 

 

 

 

élanion blanc

élanion blanc

élanion blanc

Mais c'est dans les bois qui entourent les marais que la plus grande surprise nous attend. Un milan passe au-dessus de nous. Quelques instants plus tard, des cris... Mais plus de milan à l'horizon. Nous inspectons les lieux. Soudain, un oiseau au sommet d'un arbre mort. Jumelles. Extraordinaire, c'est un élanion blanc!

Je n'aurai jamais espéré en observer un. Même si l'élanion s'est établi dans la région, il reste rare et discret.

Pour ce qui est de sa présence dans les marais d'Orx, les données divergent. Certaines sources écrites provenant de la réserve le citent présent toute l'année, d'autres seulement aux passages. Une source orale (un employé de la réserve) confirme la seconde hypothèse. De plus, apparemment, ils n'étaient pas au courant qu'un élanion se trouvait en ce moment sur le site.

L'individu observé était dans la position où on le rencontre le plus souvent. L'élanion aime à rester des heures au sommet d'un arbre (mort de préférence). Celui-ci ne paraissait pas pressé de bouger. Peut-on émettre l'hypothèse d'un oiseau cantonné(?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'aigrette, les canards et la cistude

 

aigrette garzette à la toilette

 

héron cendré et colvert

 

jeunes cigognes prêtes à lenvol

 

goéland immature

D'autres oiseaux sont bien présents: des canards (colvert mais pas que), des mouettes et des guifettes noires, des cigognes blanches, des aigrettes garzettes, un héron pourpré, des échasses... Beaucoup sont trop éloignés pour donner des images exploitables.

D'autres oiseaux n'ont pas été vus tels les avocettes, les cygnes, par exemple. Il faut dire que l'obervatoire le plus intéressant (il s'enfonce de 300m dans le marais) était fermé à cause de la pandémie de Covid. D'autre part, nous n'avons pas eu le temps de parcourir la digue qui longe le marais central et d'utiliser ses observatoires. Il faisait trop chaud (canicule à plus de 40° annoncée) et nous avions des obligations qui nous interdisaient de rester plus longtemps.

Ce n'est que partie remise. Nous reviendrons à la "mauvaise saison".

canards au repos

 

héron cendré

 

héron cendré