Il n'est pas facile de trouver des oiseaux sur les lacs (très grands et peu praticables) ou sur les rivières et encore plus sur le Saint-Laurent qui sont très larges. De plus, l'immensité du pays leur permet de trouver des endroits loin de tout dérangement. malgré cela, on a observé un certain nombre d'espèces que je vous présente ci-après.

Ardea herodiasLe grand héron (Ardea herodias) mesure jusqu'à 1,30 mètres pour une envergure de plus de deux mètres. Un grand héron donc.

On peut le trouver autant en eau douce que salée. Il passe l'hiver des USA au nord de l'Amérique du sud. Il y grossit les populations locales.

Quelques individus peuvent rester l'hiver dans l'extrème sud du pays, là où l'eau ne gèle pas.

Parmi les douze espèces de grands échassiers, le grand héron est le seul que nous ayons vu.

 

 

 

Tringa solitaria

Le chevalier solitaire (Tringa solitaria) n'est pas un des chevaliers de la "Table ronde" mais seulement un petit échassier d'une vingtaine de centimètres. Il vit dans des milieux ouverts et humides (ici, une immense tourbière). Les pattes sont verdâtres et le plumage du dos finement ponctué. Un cercle oculaire blanc, bien visible, mais pas sur cette photo, le distingue des autres chevaliers.

Il hiverne le long du golfe du Mexique, jusqu'en Amérique du sud.

 

 

 

 

 

 

 

Charadrius vociferusLe pluvier Kildir (Charadrius vociferus), parmi les cinq pluviers présents au Québec, est le seul à être présent partout sauf dans les régions trop froides (toundra et arctique). C'est le plus courant des pluviers.

Il fréquente des milieux ouverts à végétation rase ou clairsemée. Il hiverne des USA au nord de l'Amérique du sud.

 

 

 

 

 

 

 

Branta canadensisLa bernache du Canada (Branda canadensis) est facilement identifiable à sa grande tache blanche sur le cou et les joues. On la trouve partout au Québec et c'est la plus commune des oies.

Elle passe en vols immenses à l'automne (et au printemps) pour aller passer la mauvaise saison dans le sud des USA et au Mexique. Même si quelques individus sur la côte sud de l'Atlantique.

17082018-IMG_4064

 

 

 

 

 

 

 

Morus bassanus

Morus bassanus

 

 

 

 

 

 

 

Le fou de Bassan (Morus bassanus) niche sur quelques îles (Anticosti et de la Madeleine) ainsi qu'en Gaspésie. Mais on peut l'observer dans les autres régions côtières. Il passe l'hiver dans le golfe du Mexique.

Phalacrocorax auritus

19082018-IMG_4214

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23082018-IMG_4518

 Le cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus) estle cormoran le plus courant au Québec. L'autre est P. carbo, "notre" grand cormoran.

 Il est très présent, notamment dans le golfe et l'estuaire. Il migre jusqu'au golfe du Mexique en hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

17082018-IMG_4012Le plongeon Huard (Gavia immer) est le seul assez facile à trouver. Les autres nichent dans des endroits plus inaccessibles. Par contre, il est difficile à approcher. Il niche sur les grands lacs (ici le lac Ouitouche) et passe l'hiver en mer.

 

 

 

 

 

 

 

 

20082018-IMG_4463Ce canard aperçu lors d'une sortie en mer me faisait penser à une femelle macreuse mais aucune des espèces ne niche dans les régions visitées. Par contre l'eider à duvet (Somateria mollissima) est présent en nombre sur tout l'estuaire et dans le golfe. Je n'ai hélas pas rencontré de mâle. J'aurais bien aimé.

Mais cet individu pourrait donc bien être une femelle(?)

Leucophaeus pipixcan

 

 

 

 

 

 

Seules deux espèces de mouettes possèdent un capuchon noir aussi étendu: la mouette atricille et la mouette de Franklin. Toutes les deux se ressemblent  mais la mouette atracille a un bec plus large. Cela pourrait donc bien être une mouette de Franklin (Leucophaeus pipixcan) , même si elle niche plus à l'ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

Alca torda

20082018-IMG_4326

 

 

 

 

 

 

Dans l'estuaire, nous avons régulièrement rencontré des jeunes petits pingouins (Alca torda) qui doivent errer dans le seaux côtières après leur envol du nid.

 

24082018-IMG_4607Dans l'estuaire, on observe quasi exclusivement le goéland à bec cerclé (Larus delawarensis), facilement reconnaissable à la tache noire qui entoure l'extrémité du bec.

24082018-IMG_4608On a pu apercevoir, toujours de loin, des goélands marins et argentés. Trop loin pour faire des photos.

juvenile

26082018-IMG_4724

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, le seul canard vu "en liberté" est le canard noir (Anas rubripes) qui est très commun dans tous les marais du St Laurent et dans les provinces maritimes.

Anas rubripes