Une bonne partie du Québec (sud tout du moins) étant couvert de forêts, il est logique que les oiseaux affectionnant ce milieu y soient bien représentés. Ce qui ne veut pas dire qu'il y ait une forte densité d'oiseaux, ni qu'ils soient aisé de les observer.

Je vais néanmoins vous présenter quelques-uns de ceux que l'on a vu.

En premier, les Columbidés.  Comme (presque) partout dans le monde où les occidentaux se sont installés (imposés), le pigeon biset, version pigeon des villes, est présent. Mais, n'offre pas beaucoup d'intérêt. Par contre, une seule espèce de tourterelle est présente au Québec: la tourterelle triste (Zenaida macroura). Le genre Zenaida est un genre américain dZinaida macrouraéjà rencontré au Costa Rica avec la tourterelle Zenadia asiatica. La tourterelle triste y est aussi présente en tant que migrateur en hiver. Elle est le seule Colombidé du Québec, présente uniquement dans la moitié sud du pays. Une partie de la population hiverne dans le quart sud du Québec mais beaucoup d'oiseaux migrent jusqu'en Amérique Centrale.

 colibri à gorge rubis

corneille d'Amérique

Une seule espèce de colibri atteint les latitudes du Québec. Il s'agit du colibri à gorge rubis (Archilochus colubris). Cela a un avantage: on ne risque pas de se tromper.grand corbeau-Corvus corax

Nous l'avons régulièrement observé jusqu'à la latitude des Bergeronnes. Soit à des mangeoires, soit dans les forêts avec beaucoup d'arbustes et de fourrés. Généralement, la rencontre se limite à apercevoir une bombe minuscule poussant des petits cris caractéristiques. Et quand il daigne se poser, pas facile de l'approcher, de le retrouver dans le maquis de branchettes et d'avoir le temps de faire la mise au point avant qu'il ne s'envole. Donc peu de photos. Celle que je vous présente est celle d'un mâle.

 Parmi les corvidés, nous avons pu observer la corneille d'Amérique (Corvus brachyrhynchos), très commune et abondamment présente au bord des routes. Souvent rencontrée en couple.

 

 

 

Le grand corbeau (Corvus corax) est lui beaucoup plus rare mais néanmoins suffisamment présent pour que nous l'ayons vu ou  entendu à plusieurs reprises.

 On le reconnait en effet à son cri, très différent de celui de la corneille, mais aussi à sa taille et à la forme de sa queue (en vol).

 

 

 

 

 

 

geai bleu -Cyanocitta cristata

 Enfin, le geai bleu (Cyanocitta cristata), l'équivalent de notre geai, s'il a régulièrement été observé lorsque nous étions en voiture, il n'a pu être approché qu'à la réserve de Cap Tourmente.

Il était en groupe d'une dizaine d'individus alors qu'ailleurs nous l'avions toujours aperçu seul (?).

 

 

 Parmi les 9 espèces de pics présents au Québec (dont 7 sédentaires), nous n'avons croisé la route que de 3 espèces.

Pic mineur-Picoides pubescens

pic chevelu-Picoides villosus

Le pic mineur (Picoides pubescens), l'équivalent de notre pic épeichette, est de la taille d'un moineau.

Le pic chevelu (Picoides villosus) ressemble aux pics épeiche ou mar.

On l'a observé au Cap Tourmente.

 

Enfin, nous avons surpris régulièrement le pic flamboyant (Colaptes auratus) au bord des routes sans jamais pouvoir immortaliser une rencontre...

mésange à tête noire

 

Enfin, une seule mésange (parmi les deux espèces présentes) a été observée: la mésange à tête noire (Poecile atricapillus).

 

Pour illustration, la photo (prise au zoo sauvage de Saint-Félicien) d'un oiseau autrefois typique de ces régions: le dindon sauvage ( Meleagris gallopavo). Il ne se rencontre que dans le quart sud du Québec en provenance de populations relâchées aux USA (état de N.Y.).

dindon sauvage